RETOUR Un environnement de qualité

Comment adapter la Métropole au changement climatique ?

Le changement climatique est aujourd’hui un fait auquel les villes doivent se préparer. Vous nous avez signalé, lors du Diagnostic, le fort risque d’inondation, qui doit être anticipé, ou encore l’importance de préserver les espaces naturels pour lutter contre les effets de ce changement climatique (hausse des températures, etc.). Quelles solutions trouver pour adapter notre territoire à ces changements ?

3 contributions 1

Débat terminé
Ragotte
28 octobre 2016 -12H09
La conservation des composantes de la trame verte et bleue est très importante pour nous aider à accueillir le changement climatique sans trop de dommage... Les haies ralentissent l'écoulement des eaux de pluie et les zones humides permettent de réguler le débit des cours d'eau lors des fortes pluies ou des sécheresses. La Seine en plein cœur de ville doit absolument être prise en compte : il ne faut plus construire en zone inondable ou selon un cahier des charges très strict. Des espaces de respiration doivent être laissés au fleuve pour épargner les habitations dans d'autres lieux. Le changement climatique doit absolument être appréhendé dès maintenant, il ne faut pas faire l'impasse dessus!
0
PAS D'ACCORD
16 novembre 2016 -11H 58
Les projets de la métropole sont en totale contradiction avec les enjeux climatiques : Comme le montre la construction du palais de la métropole sur les quais de seine alors que le niveau de la mer va augmenté et que les quais ont déjà été inondés... Amputation de la foret de Bord et urbanisation à outrance avec le projet de contournement Est . Développement du transport routier via des projets d'un autre temps , alors que la pollution de l'air tue chaque année des milliers de personnes . Il faut que la métropole innove et entre dans l'ère des transports respectueux de l'environnement
1
17 novembre 2016 -16H50
Le remembrement initié dans les années 1950 a fait beaucoup de mal aux terres agricoles. L'arrachage de haies, d'arbres, l'arasement des talus et le comblement de mares ont détruit le bocage normand avec les conséquences que l'on connaît aujourd'hui dont les inondations à répétition. Il serait temps de replanter des haies entre les parcelles agricoles et le long des routes et des voies cyclables afin de limiter les coulées de boue à chaque fois qu'il pleut plus d'une journée. Il serait temps aussi de comprendre que la culture "chimique" des terres agricoles a appauvri les sols qui sont passés d'éponge à toiles cirées. Il faut donc encourager la culture biologique sur toute la Métropole.
0

Mes Outils de débat

Afficher en premier