20 Mars 2018

PLU et COP21 : même combat pour la Métropole !

Face à l’urgence climatique et à la nécessité de préserver la qualité de notre cadre de vie, la Métropole initie la première COP21 locale, sur le modèle de l’accord de Paris. Son ambition : engager l’ensemble des acteurs du territoire avec la Métropole dans des actions visant à permettre de contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C. Le PLU, à travers son règlement, constituera un précieux atout pour réaliser cet engagement inédit à l’échelle métropolitaine et répondre aux enjeux de demain.

Avec « l’accord de Rouen » en point de mire…

Lancée à la fin de l’année dernière, la COP21 de la Métropole Rouen Normandie est la déclinaison sur le plan local de l’accord de Paris sur le climat, entré en vigueur l’an dernier sur le plan international. Démarche soutenue par le WWF France et par l’ADEME, elle prévoit l’engagement des acteurs du territoire: citoyens, entreprises, communes, associations, pour accompagner et compléter le Plan climat air énergie territorial (PCAET) qui décline le plan d’actions de la Métropole.

Le résultat de ces travaux sera la signature d’un accord entre les acteurs du territoire et la Métropole, l’«accord de Rouen», et fera l’objet d’une présentation à l’occasion de la COP24 en Pologne fin 2018!

Une démarche porteuse d’engagements environnementaux ciblés…

Au-delà des objectifs fixés au niveau national et régional pour la diminution des émissions de gaz à effet de serre (-75% en 2050) et des consommations d’énergies (-50% en 2050), la Métropole Rouen Normandie s’est engagée dans une direction ambitieuse:un territoire 100% énergies renouvelables à l’horizon 2050. Cela va supposer de:

  • Réduire de moitié les consommations d’énergie, liées notamment au logement, aux transports, à l’industrie, aux services. La rénovation de tous les logements au niveau «BBC réno» sera ainsi recherchée.
  • Multiplier par 2,5 la production d’énergies renouvelables.
  • Participer à une stratégie de développement des énergies renouvelables au niveau régional, en partenariat avec la Région et les territoires volontaires.
Qui s’appuie sur le règlement du PLU…

Le PLU, en cours de finalisation, contribuera à la réalisation de ces objectifs à travers ses futures règles en matière d’urbanisme, de mobilités et de préservation de l’environnement, visant notamment à:

  • Favoriser des transports et des modes de circulation qui préservent la qualité de l’air.

Le PLU peut prévoir des «emplacements réservés» sur le territoire au profit de parkings relais, pistes cyclables et voies de transports en commun.

  • Favoriser la construction et la rénovation de logements à haute performance énergétique.

Le PLU peut faciliter l’isolation par l’extérieur des logements existants et une architecture bioclimatique, soucieuse de l’orientation des nouvelles constructions par rapport au soleil.

  • Développer la nature en ville et réduire l’extension urbaine.

Le PLU peut exiger la préservation d’espaces verts de pleine terre, inciter au développement des toitures végétalisées, privilégier les nouvelles constructions sur les friches à reconvertir plutôt que sur des terres agricoles et naturelles.

  • Réduire et prévenir les risques naturels liés au changement climatique.

Le PLU peut interdire les constructions dans les zones à risques d’inondation ou de ruissellement, prévoir l’aménagement de zones humides, de noues et de plantations pour assurer la gestion des eaux de pluie lors des intempéries et limiter la hausse de température lors des pics de chaleur.

Qui met en place des outils diversifiés et innovants…

Afin d’accompagner les initiatives individuelles ou collectives, de les stimuler et de leur donner du sens, la Métropole met à disposition une palette de moyenscomplémentaires:

  • L’Atelier, situé en plein cœur de Rouen: c’est le lieu dédié aux travaux de la COP21 métropolitaine pour s’informer et échanger, dans le cadre de réunions, conférences, expositions, ateliers, etc.

L’Atelier – 66 rue du Général Giraud­ – Ouverture du mardi au vendredi de 11h à 13h et de 14h à 19h, le samedi de 11h à 19h.

  • La plateforme internet www.notrecop21.fr: c’est une mine d’informationsaccessibles, comme le calendrier des actions, des idées à partager, des contacts, la possibilité de faire labelliser son projet, de s’engager et participer à des groupes de discussion et d’action, ainsi qu’une carte interactive qui répertorie l’ensemble des initiatives.
  • L’application Wag disponible cet été, où chacun pourra relever ses défis au quotidien et s’évaluer!

Objectif: l’implication de tous, des citoyens aux experts…

La Métropole n’est en mesure d’agir qu’à la hauteur de son propre impact sur l’environnement (soit 6,5% des émissions de gaz à effet de serre du territoire issus de son patrimoine et de ses compétences).

Le saviez-vous? Chaque citoyen émet des gaz à effet de serre dans sa vie de tous les jours: en se logeant (27%), en se nourrissant (16%), en se déplaçant (27%), en utilisant des services (30%).

L’ensemble des acteurs du territoire (entreprises, communes) et des citoyensdoit donc se mobiliserpour agir concrètement en adoptant au quotidien des comportements durables et responsables.

Tout au long du projet, des partenaires et experts locaux et internationauxauront vocation à accompagner et enrichir la démarche: le WWF France, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), ainsi qu’une quinzaine de spécialistes couvrant des problématiques variées (changement climatique, qualité de l’air, agriculture, urbanisme, eau, économie…) qui constitueront un «GIEC» métropolitain.

Ensemble, faisons réussir notre territoire!