15 Septembre 2017

Parole d’acteur n°2

Guillaume Blavette, membre de l’association « Effet de serre toi-même ! » et membre de la commission « Planification et aménagement du territoire » du Conseil consultatif de développement (CCD).

blavette-guillaume-e1504778754354-150x150Bonjour Monsieur Blavette, pouvez-vous nous présenter en quelques mots l’association que vous représentez au sein du CCD?

Effet de serre toi-même! est une association agréée de protection de la nature et de l’environnement qui a vocation à sensibiliser le grand public et les pouvoirs publics sur le changement climatique, la transition énergétique, les mobilités douces, l’urbanisme durable. Nous sommes des écolo-citadins qui essayons de promouvoir la transition écologique. L’association fête ses 10 ans cette année.

En quoi l’élaboration d’un Plan local d’urbanisme intercommunal aujourd’hui présente-t-elle un intérêt pour votre association ?

Premièrement, nous avons toujours été favorables au regroupement des collectivités locales pour penser une vraie stratégie durable d’aménagement du territoire. Nous étions plutôt critiques de l’ancien modèle d’aménagement du territoire où chaque commune voulait sa piscine, ses équipements. Dorénavant, avec le PLU intercommunal, nous mettons en cohérence un territoire en essayant d’appréhender les besoins des populations dans le cadre d’une stratégie globale de développement. Une stratégie que notre association souhaite respectueuse de l’environnement.
Le PLUi est une étape importante qui tend au perfectionnement des politiques publiques.

Qu’attendez-vous de ce nouveau PLU?

Nous souhaitons qu’avec ce PLU, la Métropole Rouen Normandie entre dans le XXIe siècle en respectant notre environnement et en offrant aux habitants un cadre de vie fonctionnel, utile et protecteur.

Si vous deviez retenir, et proposer à la Métropole, une idée ou une recommandation pour ce PLU, quelle serait-elle?

L’un des enjeux majeurs sur ce territoire réside dans la stratégie des mobilités. Ce PLU, par de nombreux moyens tels que la définition du nombre de places de stationnement par logement, la configuration de la voie publique, peut permettre d’amener les habitants du territoire à délaisser la voiture pour d’autres modes de transport. Pour que cette transition se fasse, il est nécessaire que la ville évolue.

Le PLU constitue un levier d’action pour faciliter et accompagner les évolutions des comportements, dans l’intérêt de tous. La voiture coûte cher, pollue, l’entretien des voiries est hors de prix… Nous concevons que le PLUi soit un moyen d’articulation des politiques publiques pour accompagner cette transition écologique vers d’autres mobilités, ainsi que vers d’autres modes d’habitat en ville. Trop longtemps, il a été pratiqué ici et ailleurs un urbanisme «de zones» avec le développement de quartiers monofonctionnels*.
Le PLU peut, de manière concertée, rompre avec ces tendances anciennes, accompagner des changements de comportement et tendre vers un territoire durable où la place des mobilités automobiles va diminuer.

Vous faites partie de la commission «Planification et Aménagement du territoire» du Conseil consultatif de développement (CCD), pourriez-vous nous dire comment cette commission travaille actuellement?

La commission est un lieu de convergences improbables, où lesassos écolos et la Chambre de Commerce et d’Industrie peuvent parfois tenir le même discours. Des intérêts que d’aucuns voudraient présenter comme opposés, réussissent à converger, en particulier sur les aspects de développement du commerce de proximité. Ce premier élément montre que le CCD est utile car il permet aux acteurs de la société civile de mieux se comprendre et de se rendre compte qu’ils peuvent partager la même position.

Deuxième élément, la commission est force de proposition. Par exemple, dans le cadre d’un travail mené sur les centralités de proximité**, le CCD contribue à accompagner les services de la Métropole en testant des hypothèses, en les nuançant, en avançant d’autres idées. La commission essaie d’orienter le document final dans un sens qui nous semble juste et répondant aux besoins de la population. Le CCD est une interface entre la Métropole en tant qu’institution et le territoire, un corps intermédiaire qui permet de passer des idées. Nous espérons que les propositions émanant du CCD seront retenues par les élus qui rendront les arbitrages définitifs.

*monofonctionnel: zone ou quartier dédié à une seule activité, des logements, des bureaux ou des activités commerciales par exemple. Les zones monofonctionnelles induisent des déplacements constants entre son lieu d’habitation, lieu de travail, lieu de loisirs et endroit où faire ses courses.

** centralité de proximité: lieux qui agglomèrent un certain nombre d’activités, services et équipements, comme les centres-villes, rues commerçantes, cœurs de bourgs ou pôles commerciaux.

Merci à Guillaume Blavette pour avoir partagé avec nous sa vision de l’aménagement du territoire et ses idées pour le futur PLU de la Métropole(interview réalisée le 31 août 2017).

Retrouvez une nouvelle interview «Parole d’Acteurs» prochainement.

Pour en savoir plus sur le CCD, rendez-vous sur le site de la Métropole.Vous pouvez consulter également les synthèses des ateliers de la commission «Planification et aménagement du territoire» sur la page «Publications».